Les éditeurs face aux normes et standards

La parole est donnée aux représentants des éditeurs :

Christophe BATIER : Claroline est un LMS opensource francophone majoritairement , la norme donne des pistes pour poursuivre les développements.
Il cite la “norme” de fait d’authentification via twitter ou autres réseaux sociaux. Il existe une norme sur la traçabilité, données nécessaires pour être remonté aux OPCA ou autres organismes financeurs.
Deux millions d’objets pédagogiques dans la plateforme Claroline Connect : 20% des ressources sont en accès libre, le reste est restreint aux seuls étudiants et enseignants.

Pierre BERTHOU : la société FuturSkill (anciennement Syfadis), appartenant au ManPower Group est un éditeur ancré dans la réalité de ses clients :

  • traçabilité des résultats,
  • interopérabilité.

La révolution digitale fait évoluer les usages. Se pose alors la problématique de la certification, de la diplomation, de rendition de comptes
SCORM n’est pas obsolète. ce qui est réclamé c’est le temps passé et la note obtenue. Mais elle va le devenir à cause des terminaux type tablette qui ne sont pas reliés en permanence au web ( offline).
xAPI permettra de récupérer les connexions vers les supports hors LMS. Mais n’est pas aussi simple d’utilisation « plug and play » que SCORM.

Yannick WARNIER : Chamilo est issu de Claroline LMS financé à l’origine par la région Wallonne. Une version a évolué plus vers le monde de l'entreprise que vers l’académique, elle devient Dokeos.

Un nouveau schisme intervient en 2009 car les développements allaient trop vers ceux réclamés par des entreprises. Or dans le monde du logiciel libre, tout le monde doit être d’accord.
Dokeos n’est plus ouvert aujourd’hui, car on ne peut plus obtenir le code sans passer par l’entreprise du même nom.

Chamilo évite cette dérive : l’association fournit une assistance payante (modèle économique).
A ce jour, 28000 portails sont installés dans le monde. Chamilo est dans le top5 des LMS les plus utilisés - très implanté en Amérique Latine -mais est peu connu en France. Alors qu’il est plus facile que Moodle à utiliser. Il est envisagé d’adopter OpenBadge ainsi qu'xAPI alors que SCORM 2004 n’est pas intégré.
Savoir que le stagiaire a suivi la formation est un minimum. le décret relatif aux formations ouvertes ou à distance de 2014 défini ce qui est nécessaire : les traces prouvant la réalité de la formation, de son suivi.
En plus des profils d’apprenant, de tuteur, d’administrateur se crée le profil de vérificateur extérieur qui se connecte à la plate-forme ( exemple du Ministère du Travail en Espagne).
Ceci implique une sécurisation des données.
SCORM peut être contourné en termes de traçabilité de l’apprenant, xAPI peut apporter une solution.

Le Learning Record Store (LRS )est un serveur spécifique au tracking des apprenants, enregistre ses progrès, stocke le résultat de l’apprentissage.
C'est aussi un système d’aide de l’individu à l’apprentissage, le guide dans son parcours (autre dimension du predictive).